La ville de Jimbolia se situe dans l’ouest de la Roumanie, à distance de 572 km de Bucarest par voie ferrée et de 600 km par voie routière. La ville est emplacée à la conjoncture des méridien 20°38′ de longitude est et parallèle 45°46′ de latitude nord. Jimbolia se trouve à l’extrêmité occidentale du département Timis, distante de 39 km (par voie ferrée) du chef-lieu de ce dernier – la ville de Timisoara.


Si l’on évoque la position géographique de la ville, nous retiendrons qu’elle appartient à la Plaine du Banat, comprise entre les vallées du Timis et du Mures. Un alignement de villages marque la limite entre ces deux unités de relief : Checea-Carpinis-Satchinez. L’altitude moyenne de la ville est de 82 mètres. Elle est placée à l’intersection d’importantes voies de communication reliant la Roumanie à l’espace ex-yougoslave. Jimbolia est un important point de passage frontalier ferroviaire et routier entre Roumanie et Serbie. Placé également non loin de la frontière hongroise, la ville a une situation stratégique de tout premier ordre.

 


Jimbolia appartient à la cat é gorie des „petites villes” du système urbain roumain, celles dont la population est in férieure à 20.000 habitants : au niveau national, elle occupe 175 ème rang parmi les 261 communes disposant du statut de ville. La population de la ville de Jimbolia est la quatrième du département Timis ( 11.113 habitants en 2002 ), après les villes de Timisoara, Lugoj et Sânnicolau Mare. Elle représente 1,5% de la population totale du département et 2,5% des populations urbaines de ce dernier.

 

 


Le substrat géologique y est fortement fragmenté et se caractérise par une importante mobilité tectonique. Le relief local est singulier – dénommé Plaine de Jimbolia . Il s’agit d’une subdivision de la Plaine du Mures, qui occupe la partie nord de la Plaine du Banat.

 

 


Le climat de la ville offre une moyenne thermique annuelle de 10,7ºC et des précipitations de 570 mm/an. D’un point de vue hydrographique, nous dénotons la présence de réserves (nappes) phréatiques de caractère ascentionnel et géothermal.
La végétation prédominante répond de formes arbustives steppiques, remplacées en grande partie par des cultures agricoles. Appartenant à la catégories des cernozems, les sols sont extrêmement fertiles.  ker sind der Kategorie der Schwarzerdböden zuzuordnen.

 

 


La première référence (documentaire) à la ville date de 1332 . Jusqu’à la colonisation de 1776, la ville fut nommée successivement Chumbul, Chombol, Csomboly, Zsomboly. Suite à la colonisation allemande, la localité va être nommée Hatzfeld. Le nom de Jimbolia est fixé depuis 1924. En 1857, Jimbolia a été reliée à Timisoara par l’une des premières voies ferrées du territoire roumain. La première unité industrielle fut créée en 1864 – la fabrique de briques „Bohn & Co” (future „Ceramica”). La seconde moitié du XVIII ème siècle est marquée par un impétueux développement édilitaire et urbanistique.

 

 


La ville s’enrichit d’un patrimoine architectural raffiné dont nous donnerons pour exemple: la château „Csito” (1863), le Palais administratif (1878), la statue de Saint Florian (1866), etc.

Après 1944, Jimbolia devient un important centre industriel et, en terme démographique, la troisième ville du département Timis (15.259 habitants en 1981) . Ces dernières années, après la Révolution de décembre 1989, la ville a connu d’importantes transformations d’ordre économique, politique et social. Le présent de la ville est marqué par des perspectives positives tant en ce qui concerne les investissements étrangers que les héritages culturels et le développement de la ville en général.

 


Du point de vue économique, le secteur primaire et l’agriculture occupent un poids considérable. La commune comprend 9735 ha terrain agricole dont 97% terres arables et 3% de pâturages. Le profil industriel de la ville reste dominé par l’industrie légère (chaussures, confection, tissus) ; viennent ensuite l’industrie électronique et électrotechnique, l’industrie mécanique, l’industrie des matières plastique. Les plus grandes entreprises industrielles de la ville sont : VOGT Romania – composants électronique, Ciocanul Prodimpex – chaussures, CRH – équipementier auto, HALM – installations hydrauliques, Ani Fashion – confection, Faulhaber – micromoteurs, Kabelsysteme Hatzfeld – câbles audio et vidéo.

Le secteur tertiaire comprend la gamme entière des services. Il représente 38% de l’emploi local.

Dans le domaine des transports ferroviaires, Jimbolia constitue une station importante sur des lignes de chemins de fer secondaires: lignes Timisoara – Jimbolia – Kikinda (vers la Serbie) et Jimbolia – Lovrin. Dans le domaine du transport routier, Jimbolia est desservie par les routes nationales 59 A, Timisoara – Jimbolia – Srbska Crnja (Serbie) et 59 C, Jimbolia – Sannicolau Mare. La route départementale DJ 594 assure une liaison vers la localité de Lovrin.

 


La ville dispose de cinq jardins d’enfants (préscolaires), d’une école assurant un enseignement pour les classes I-VIII (plus de 1000 des élèves) et d’un Groupe Scolaire de 1200 élèves (niveau collège). Le lycée local dispose de dotations d’exception grâce aux apports gouvernementaux et au Land allemand de Rhénanie du Nord- Westphalie. Il assure aussi des formations professionnelles et dispose de laboratoires dotés d’ordinateurs, de laboratoires d’électrotechnique, de mécanique, de soudure, de formation en hydraulique-pneumatique et d’entretien des machines agricoles.

 


Durant l’année 2004, la Mairie de Jimbolia en partenariat avec ’Association microrégionale Banat Ripensis (de développement des localités), a élaboré et publié sa propre stratégie de développement: Stratégie de développement soutenable de la ville de Jimbolia. La Mairie et les associations de la ville ont ouvert cinq centres sociaux, lesquels prennent en charge une large catégorie de personnes en difficultés, de tous âges et de toutes origines : enfants et jeunes adultes handicapés, enfants provenant de familles pauvres ou abusés, personnes âgées.

Les services médicaux pour la population sont assurés par cinq cabinets médicaux privés, quatre cabinets stomatologiques privés et un hôpital urbain d’une capacité de 125 lits.


La ville a connu une véritable renaissance culturelle ces dernières années, en bénéficiant d’institutions culturelles très actives parmi lesquelles peuvent être citées la Maison de la Culture, quatre musées, un Café littéraire, une bibliothèque urbaine.

La plus prestigieuse d’entre elles est certainement la Fondation culturelle roumano-allemande Petre Stoica, conduite par l’un des plus grands poètes roumains contemporains, récompensé de nombreux prix nationaux et internationaux.

Cette fondation a pour principal objectif la reconstitution des vies culturelles et spirituelles roumaine et allemande dans le territoire du Banat. Elle répertorie une bibliothèque de 16.000 volumes en langues roumaine et allemande (dont certains sont d’une grande valeur bibliophile) et dispose par ailleurs d’importants manuscrits d’écrivains roumains ou allemands, ainsi que d’une collection (musée) numismatique, de philatélie, de cartophilie, de tableaux, de gravures et d’objets ménagers.

Elle peut enfin s’enorgueillir d’avoir constitué un fond substantiel de documents sur les hommes et la vie de Jimbolia jusqu’à l’année 1944 (actes officiels, photos anciennes, lettres, affiches, réclames publicitaires et journaux anciens). Soutenue par la Mairie, la Fondation organise à présent les démarches nécessaires à la création dans la ville d’un Musée de la Presse en Roumanie.


Parallèlement à ce dynamisme culturel, une série d’événements organisés par la Mairie ces dernières années sont d’ores et déjà devenus incontournables: la Course de Jimbolia, le Festival eurorégional de musique blues Jimbo-blues, les Journées Jimboliennes (fête de la ville), la fête d’Ignace (un concours gastronomiques sur la préparation/ transformation du cochon), le Festival des moeurs et des traditions de Noël Oh, beau sapin!

Pour conclure cette présentation, rappelons que la ville offre des facilités pour les pratiques sportives diverses : un stade de 1000 places, une salle de sport scolaire, une piscine (alimentée d’eaux thermales). Une nouvelle salle de sport est en cours de construction.


Jimbolia recense enfin quatre restaurants et plusieurs bars ainsi qu’un hôtel trois étoiles.

La ville est déjà engagée dans plusieurs accords de coopération
avec des collectivités locales étrangères : Kikinda et Novi Kneževac en Serbie, Pusztamérges en Hongrie et Gundelfingen en Allemagne. Elle reste ouverte à de nouveaux partenariats.

 

Muzeul Presei

G.A.L Banat West

Publicații

Meteo

Vremea in Jimbolia